[Test] Borderlands 2 : De retour sur Pandore, partout, tout le temps.

Doubleshot Bandit

Borderlands 2 est la suite (logique) du Borderlands premier du nom. Incarnant un aventurier du nom de « chasseur de l’arche », vous parcourez la planète Pandore à la recherche de cette fameuse arche tout en remplissant les missions des autochtones tous plus barrés les uns que les autres. La force de Borderlands ? Un jeu de rôle avec un univers totalement absurde, une patte graphique proche du comics, du loot d’armes par millions et surtout un open world dépaysant, loin des GTA and co. Alors ce Borderlands 2 Vita, c’est de la bombe ?

Retour sur Pandore avec un max de cadeaux.

Dans Borderlands 2, Pandore est asservie par le Beau Jack et sa clique de l’Hypérion. En plus des habituels bandits et autre faune sauvage, vous devrez retrouver la trace d’une nouvelle arche, tout en éclatant tout ceux qui vous barreront la route. Et il sont nombreux. Qui dit deuxième volet, dit nouveautés. Au niveau des classes, la sirène et le soldat sont toujours de la partie. Les remplaçants et également nouveaux sont le défourailleur, capable de tenir 2 armes à la fois et complètement rempli de testostérone, un assassin du nom de Zéro, très bon sniper mais aussi capable de trancher les ennemis comme du beurre avec son katana. Il y a également la Mécromancienne, l’équivalent d’une nécro avec comme acolyte un robot près à dépecer les rangs ennemis et Krieg, un bandit psychopathe.

La cartouche (enfin presque) contient le jeu + 6 DLC que sont :Le pack sadique, le pack Mécromancienne, Le capitaine Scarlett et son butin de pirate, Le carnage sanglant de M. Torgue, Le pack Amélioration chasseur ultime et le pack Edition Collector. Voilà, tout çà, pour 30€ max et dans la poche. C’est vraiment du pain béni, sérieusement. Seul bémol pour la Vita : le multijoueur se cantonne désormais au co-op à 2 et non plus  à 4. Une fois entre les mains on comprend ce choix : vaut mieux un jeu fluide à 2 que du lag injouable à 4 qui aurait pu couter très cher au jeu.

Claque graphique et dans la gueule des journalistes.

Attention, là je vais ma lâcher et limite passer pour un fanboy. Mais il y a des moments où il faut savoir donner des coups de pieds aux culs. Et là, la presse c’est carrément des parpaings que je leur lance dans la gueule. Borderlands 2 a été descendu SANS RAISON. Oui messieurs-dames, totalement. Alors qu’on soit d’accord, la Vita c’est pas un PC de gamer ni même une PS360. Mais alors là la mauvaise fois, on fait pas mieux : Borderlands 2 Vita est l’équivalent à 2-3 poils de culs de la version console. Sur presque tout les points.

screenps32014-06-02-153613

Là vous avez la version ps3 à gauche et la version Vita à droite. Cliquez sur les images pour les voir en grand.

Il faut avouer que graphiquement ils ont réalisé un tour de force : sur 4Go max de la cartouche, ils ont installé tout le jeu et même la VF. Bien entendu pour faire tourner le jeu, exit les cadavres par exemple : désormais ils explosent dans une gerbe de sang, qui ne rend pas le jeu plus cheap. C’est un autre style, presque old school et relativement marrant en cas de Headshot :D. Il faut savoir aussi qu’il y a autant d’ennemis affichés à l’écran que sur console. A moins d’explosions de tout les côtés, la Vita encaisse facilement l’affichage. J’ai eu des baisses de framerate uniquement lors de très gros affrontements, où les grenades explosaient de tout les côtés, en emportant les bidons explosifs avec elles et que je faisais face à 6 gusses avec ma tourelle. C’est pour dire que cela reste rare.

Alors oubliez tout ce que vous avez vu sur les sites : Les 3/4 des screens sont pris lors du début d’affichage de textures. Et oui, en 2014, les journalistes n’ont toujours pas compris qu’une console portable est moins puissante qu’une console de salon. La Vita met donc un peu de temps à afficher le tout mais c’est vraiment rapide. Le jeu est ultra fluide et très très beau. J’avoue tout de même que, de nuit, on a un peu de mal à voir les ennemis… ou alors c’est ma vue. Après tout on ne peut pas demander la lune, on a pas d’écran 80cm dans les mains. 😉

Je déplore aussi que, parfois, certains textes sont vraiment petits et difficiles à lire. Mais c’est vraiment faire la fine bouche, tout ce qui est important à lire est largement lisible.

Même au niveau des temps de chargements, ils sont d’équivalents console : un léger temps d’attente, 30 secondes environ, et roulez jeunesse. Que du bonheur.

interface

Et en plus ça bouuuuuuge ! /o/

L’interface est propre et très lisible, comme la version de « base ». Je ne m’attarde pas sur tout le reste, la version Vita est vraiment la même que sur console et pc (système jour/nuit, le passage des zones, etc, etc…).

Bon, ok certaines choses ont été largement simplifiées, comme les tirs en général (ne vous inquiétez pas, quand vous lancez une roquette ou une grenade, ce n’est pas un vulgaire trait qui sort 😉 ) ou certains effets comme les explosions, connues pour être gourmandes en ressources. Mais il ne faut pas oublier le support et ses capacités. Alors pourquoi diable chercher à descendre le jeu avec des comparaisons fumeuses Vita vs PC. [Papy mode] De mon temps on ne comparaissait pas DKC sur Snes et DKC sur gameboy ! On était conscient des différences hardwares, nom d’une pipe ![/Papy mode]

 

Une maniabilité au poil et un univers dynamique.

Là aussi, la critique a été dure. Le jeu est très facilement maniable et répond au moindre fait et gestes. Un peu trop même, surtout sur le pavé tactile arrière. Je joue avec les touches de grenades et de « sort » sur le tactile arrière et il m’arrive de balancer une grenade par mégarde. Trois fois rien certes mais au début c’est un peu déstabilisant. Plusieurs morts stupides ont été réalisées à cause de çà. xD

Par contre pour changer d’armes et s’accroupir, l’écran tactile est géniale: c’est instinctif et ça répond dans l’immédiat. Encore une fois, je recommande chaudement l’achat d’un grip, même le bigben à 10€ sous peine d’avoir des crampes au bout d’une heure. Surtout pour les grosses mains. 😉

En ce qui concerne le gameplay, il est très fluide. Comme dit plus haut, à moins d’avoir un tas de choses affichées à l’écran, le jeu tourne sans baisse de framerate. Les animations sont aussi bonnes que sur les autre supports : Différentes façons de recharger, les ennemis bougent, esquivent, vous insultent ou appellent des renforts. Les séances à véhicules aussi sont fluides et répondent bien. La version Vita n’a donc pas à rougir des autres supports !

L’ambiance, mec ! L’AMBIANCE !

Là aussi, le jeu est génial, surtout dans les phases de combats. Les musiques sont bien rythmées, ça pète de partout. C’est jouissif et même Killzone m’a pas fait cet effet. Pour vous dire, un passage à une « cinématique » survolant un chemin emplit d’ennemis qui se tapent déjà dessus. La vue repasse à la première personne et vous plongez dans la bataille sous fond rock and roll/militaire/acide. Ma première réaction a été « Quel merdier, comment je vais passer tout çà ? Bon et bien on y va ! ». Le tout en canardant de tout côtés bien sûr ;).

Évidemment, je recommande chaudement un bon casque, les enceintes de la Vita n’étant pas le meilleur équipement pour se plonger dans le jeu, même le son à fond.

Mon son préféré actuellement reste le rechargement du lance-roquette, avec l’animation du gros pétoir, ça donne plus qu’un sentiment de puissance. Et c’est bien ce que donne le jeu : cette montée en puissance progressive totalement jouissive.

Les petits bémols restent les suivants : Les sous-titres totalement décalés par rapport au son (je vous conseille de les désactiver) et les paroles des PNJ qui, des fois, mettent du temps à se lancer. Un peu génants mais rien de violent sur le gameplay. ouf !

Verdict :

Borderlands 2 Vita est l’un des must-have de la console. Que vous l’ayez déjà retourné sur d’autres supports ou que vous soyez novice de la licence, c’est un plaisir d’avoir ce concentré de fun dans la poche. 2K et Gear Box ont réalisé un tour de force en l’important sur Vita. Il est beau, fun, fluide et possède une durée de vie phénoménale sans compter les DLC. On reprochera néanmoins les quelques bugs comme les sons parfois en retard, la co-op à 2 uniquement ou ne pas avoir la totalité des DLC comme celui de Tiny Tina et son Dungeons & Dragon. Descendu plus qu’à tord par la critique, Borderlands 2 est plus qu’une bonne surprise, prouvant que la Vita en a sous le capot et qu’elle n’est pas cantonnée aux jeux indies.

Conseil : Ne faites pas la mise à jour 1.0.1 sortie dès la sortie du jeu. En effet, celle-ci provoque des freezes mortels à répétitions. Sérieux, ne la faite pas sinon vous allez gâcher votre expérience de jeu. Attendez la prochaine.

You May Also Like

Un commentaire sur “[Test] Borderlands 2 : De retour sur Pandore, partout, tout le temps.

  1. C’est pas pour dire, mais même sur PC les textures se chargent progressivement ^^ donc j’ai limite envie de dire que c’est la façon dont est optimisé le jeu qui fait ça, qui n’est en rien dérangeant 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *