[Test] Darkest Dungeon

Darkest Dungeon, jeu de Red Hook Studios, est un rogue-like/RPG/Dungeon Crawler dans le pur esprit des jeux de plateaux. Sorti officiellement le 19 janvier 2016 sur Steam (et bien plus tôt en 2015 en early-acces), il est dorénavant disponible sur Playstation 4 et Playstation Vita depuis le 27 septembre 2016. Réputé pour sa difficulté et son univers sombre et gothique, nous allons voir si cette monture console (et surtout PS Vita) tiens ces promesses.

Condition de test : Jeu testé sur une Ps Vita 2000. Durée du test : 10h environ (NDR : Je ne vous compte pas mes parties sur la version PC 😉 ).

 

Caractéristiques techniques du jeu
  • Genre : Rogue-like, RPG, Dungeon-crawler
  • Date de sortie :
    • version digitale : 27 septembre 2016
    • version boîte: non disponible
  • Editeur : Red Hook Studios
  • Développeur : Red Hook Studios
  • Captures d’écran possibles : oui
  • Cross-Buy: oui, PS Vita/PS4
  • Cross-Save: oui, automatique via le cloud du jeu
  • Compatible PS TV : oui
  • Multijoueur : non
  • Poids du jeu : (version 1.00)
    • version digitale : 558 MB
    • version boîte : non disponible

Bienvenue en enfer, aventuriers !

2016-09-29-184304

Dans Darkest Dungeon, vous prenez place dans le Hameau,  l’endroit maudit. C’était un hameau glorieux et prospère, tenu par une famille bourgeoise. Mais votre ancêtre l’a complètement ravagé : Suite à des découvertes dans la maison familiale, il entrepris une quête d’artefacts puissants enterrés sous la bâtisse. Creusant toujours plus profondément et y laissant peu à peu toute sa fortune et sa santé, il fini par découvrir une chose qu’il n’aurait jamais dû réveiller : les Ténèbres. Celles-ci se répandirent dans tout les tunnels, détruisant chaque hommes présents sur son chemin et s’alimentant des peurs et des corps de ces pauvres innocents. Seul votre ancêtre y échappe, non sans y laisser une part de sa santé mentale et vous demande alors de monter une expédition avec tous les aventuriers que vous trouverez pour bannir ces ténèbres installées dans le domaine et aux alentours.

L’homme est capable du meilleur comme du pire, mais c’est vraiment dans le pire qu’il est le meilleur.

Au-delà de son esthétisme sombre, gothique et son design au style « comics noir et blanc » (le tout d’une OST de toute beauté, ne laissant place qu’à des rythmes mélancoliques et ténébreux ou guerriers durant les combats et d’une voix off qui commentera toutes vos actions), c’est de part son gameplay que Darkest Dungeon prime : Ici, point de héros à l’armure étincelante et au coeur pur. Vous recruterez des aventuriers, des hommes et des femmes cherchant gloire et fortune mais ayant tous leurs points forts et points faibles… mentaux.

Et oui, dans Darkest Dungeon, tout (ou presque) et en rapport avec la psychologie ! Vos aventuriers fraichement recrutés seront sains d’esprit, ou presque. Ils auront leurs petites manies mais leurs aventures feront peu à peu ressortir leurs penchants les plus néfastes : Les différents donjons et les ténèbres engloutissant peu à peu le peu de lumière que fourniront vos torches et les combats contre toutes sortes de créatures les feront stresser.

2016-09-29-200029
Et oui, la Nymphomanie est positive.
En tout cas, ici, les chambres de la taverne lui feront réduire drastiquement son stress 😉

 

Ce stress devra donc être géré : soit via des buffs, des actions héroïques (coup critiques, mort d’un ennemi, etc..), un discours passionné au coin du feu ou un repos au hameau. Et gare à vous si celui-ci monte trop haut (la jauge va de 0 à 200) : A la moitié de la barre, vos héros auront soit un bonus de courage, soit un malus de folie et, ce, tout le long de votre excursion dans l’un des donjons. Et si ce stress arrive au maximum, vos héros feront purement et tout simplement une crise cardiaque, les envoyant tout droit au cimetière. Il faudra donc gérer vos groupes (jusqu’à 4 héros à la fois), quit à faire stresser au maximum de jeunes recrues en les envoyant en éclaireurs pour, ensuite, envoyer vos vétérans faire le ménage.

Je pourrai même pousser le vice jusqu’à dire que le stress (tout du moins au début) est également transmit au joueur au niveau de la maniabilité : Celle-ci est, certes, bien expliquée mais il faut un petit temps d’adaptation pour avoir réellement en main le jeu. La PS Vita est très bien utilisée mais certaines gestions, surtout au niveau du pad arrière + une touche n’est pas des plus intuitives.

La diligence : Première entreprise du Hameau

Darkest Dungeon est un jeu riche, très riche. Il en va de même pour les différentes classes de personnages à recruter. Au nombre de 15 (16 avec le mousquetaire offert aux Backers du Kickstarter), chacun aura son rôle à jouer, mais pas forcément avec tout le monde : Certaines classes refuseront de se battre aux côtés d’autres ! Voici les prétendants à la reconquête du Hameau :

crusader_portrait Le croisé : Un guerrier dangereux en armure lourde à la foi inébranlable… jusqu’à la rencontre avec les ténèbres.
vestal_portrait_roster La vestale : Une femme pieuse, une sœur de bataille, déterminée à apporter la foi dans les combats, telle une arme contre la corruption.
highwayman_portrait Le bandit de grands chemins : armé d’un pistolet et d’un couteau aiguisé, ce bandit est apte à combattre n’importe quel ennemi.
plague_doctor_portrait Le médecin de peste : Dans ses mains, les médicaments et autres concoctions sont plus que des outils contre les maladies : ce sont des armes contre tout ennemi.
leper_portrait Le lépreux : affligé par une maladie mortelle, il consacre sa vie à purger le monde des abominations après avec quitté son service de foi.
hellion_portrait La Hellion : avec sa redoutable hallebarde, elle apporte sa puissance dans la bataille, prêt à verser le sang des ennemis.
grave_robber La pilleuse de tombes : Entre ses dagues de lancer et sa pioche, elle a tout un panel d’outils pour faire face aux monstruosités des ténèbres.
bounty_hunter Le chasseur de primes : Il est équipé d’une hache et d’un crochet pour chasser ses proies… où quelles soient.
arbalest_portrait L’arbalétrière : Armée de son arbalète lourde, cette soldat pourra tuer l’ennemi avec aisance, même de loin.
antiquarian_portrait L’antiquaire : Elle compense sa faiblesse au combat par son œil avisé pour les trésors et autres artefacts.
abomination_portrait L’abomination : Il peut se transformer en bête monstrueuse. Il fera des ravages mais fera peur à ses alliés.
hound_master_portrait Le Maître-chien : Accompagné de son loyal chien, il pourra infliger de sévères blessures à ses ennemis et rassurer ses alliés.
jester_portrait Le bouffon : Personne ne saute d’un bout à l’autre du champs de bataille comme lui, alternant symphonies avec son luth et dégâts grâce à sa dague et sa faucille.
man-at-arms_portrait Le Maître d’armes : Un Vétéran de la guerre, il est un atout précieux pour toute équipe de combattants.
occultist_portrait l’Occultiste : Il est la preuve vivante que les arts sombres peuvent être utilisés pour combattre les ténèbres elles-mêmes.

Affrontez les ténèbres et leurs engeances

Le monde de Darkest Dungeon est divisé en 6 parties : Le Hameau, les Ruines (Ruins), les Terriers (Warrens), la Crique (Cove), la Forêt corrompue (Weald) et le Donjon ténèbreux (Darkest donjon). Chaque zone est donc différente de part son environnement et son bestiaire. Il faudra bien vous préparer avant et faire le plein d’objets les plus utiles à l’expédition. Par exemple, les Ruines sont infestées de morts-vivants et de brigands : il faudra donc s’équiper d’objets saints et envoyer des héros religieux alors que les terriers sous le joug des Hommes-bêtes sera plus propice aux bandages et aux héros capables de créer du saignement. Le bestiaire est donc relativement varié !

2016-09-27-222347 2016-09-29-184917
Chaque zone à son propre environnement, bestiaire et ses propres pièges !

 

Lors des combats (au tour par tour), vos héros seront alors chacun à la place que vous leur aurait attribué. Ces places sont déterminantes car certaines classes seront plus efficaces au front alors que d’autres seront bien tranquille à l’arrière. Mais certains sorts ennemis (et amis) pourront modifier cette bonne formation, vous obligeant, à chaque tour, de replacer vos personnages avant de vous retrouver avec une équipe totalement inefficace. Heureusement, hors combats, vous pourrez replacer tout ce joli monde comme il vous chante.

Couloir, porte, monstre, trésor.

Les joueurs d’anciens jeux de rôles retrouveront leurs marques dans les explorations : chaque donjon (plus ou moins grand) est découpé de la même manière : un couloir, une porte, une zone de croisements, un couloir, etc…

Bien entendu, les donjons seraient « simples » s’il n’y avait que des combats. Hors, même le donjon voudra votre perte : entre la lumière qui s’éteint peu à peu,  favorisant le stress, attaques surprises et rencontres plus difficiles, les pièges dissimulés et les objets interactifs (coffres, avatars, campements, sacs et autres joyeusetés) également piégés, il faudra avancer prudemment, ouvrir (ou pas) avec prudence chaques objets interactifs et gérer son stock de torches et de nourriture (oui, il faudra de temps à autre nourrir votre équipe pour éviter la famine) si vous ne voulez pas vous retrouver avec une équipe folle, affamée et dans le noir total.

Mais  toute ces gestions ont un but : Soit vous privilégiez la prudence en remplissant l’inventaire d’objets avant de partir, laissant ainsi peu de place au loot (l’inventaire est limité), perdant de l’argent pour le Hameau et allumer constamment des torches dès que la lumière faiblit pour privilégier le repérage (lors de chaque zone de croisement, en fonction du niveau de la lumière, un « jet » de repérage est lancé, vous fournissant des informations sur les couloirs alentours) et les attaques surprises et récolter du loot standard; ou vous prenez le strict nécessaire quit a avancer dans le peu de lumière disponible et croiser les doigts pour que la chance soit en votre faveur et repartir avec une bonne dose de stress mais avec du loot plus abondant et intéressant !

Ceci dit, être dans la moyenne est un bon compromis 😉

2016-09-29-210503
Le genre de surprise dans le noir complet.

 

Le jeu est toujours bien pensé car si vous sortez d’un combat en piteux état, vous pouvez toujours abandonner la quête et rentrer au bercail avec tout ce que vous avez looté en échange d’un bon malus de moral pour votre équipe : Repartir la queue entre les jambes n’a jamais été bon pour le citron !

Le Hameau : Dernier rempart

2016-09-30-185115
Le seul havre de paix du jeu, et encore…

 

Le Hameau sera donc votre Hub principal : Dans cette ville, vous pourrez recruter vos aventuriers, réduire le stress des derniers revenus en les envoyant à la taverne ou à l’abbaye, forger de meilleurs armes, leur apprendre de nouveaux sorts ou soigner leurs maladies physiques et mentales via l’asile. Mais tout cela à un prix et il faudra gérer (encore !) votre argent et vos objets précieux pour développer tout cela (par ex : accéder à des sorts plus puissants, agrandir les places dans la taverne, etc..). Et, sachez-le, il faut bien réfléchir car vous n’aurez jamais le temps ni les moyens d’améliorer tout au maximum. A vous de voir quelle direction vous prendrez…

Les seules choses gratuites seront le cimetière qui étalera la liste de vos morts (et vous en aurez !) et les mémoires de votre ancêtre, l’équivalent d’une bibliothèque pour revoir les vidéos débloquées.

Le Hameau n’est pas sans vie car chaque retour en ville vous proposera un évènement aléatoire : des réductions sur les prix, des personnages gratuits, une arrivée massive de nouveaux héros… Mais également des attaques ! Et il faudra défendre votre ville, coûte que coûte !

Une équipe dévouée

Il est rare d’en parler mais l’équipe autour du jeu est l’une des plus à l’écoute des retours sur son jeu. Darkest Dungeon sur Playstation 4 et PS Vita est très suivi : il a eu un premier patch Day-one pour corriger divers bugs.  Le 30 septembre, un patch est apparu durant la nuit réglant certains soucis de crashes. Ils vont même jusqu’à nous en créer un autre dans le courant de la première semaine d’octobre 2016 pour régler divers problèmes de maniabilité, notamment sur la PS Vita où le pad arrière est très utilisé et commet parfois quelques accidents.

 

Verdict : Je me fais du mal et j’aime ça.

J’aurai pu encore allonger ce test tellement Darkest Dungeon est riche. Le jeu est un portage réussi et, ayant joué sur la version PC, je retrouve les mêmes sensations sur ma console portable. Si ce n’est mieux, la nuit dans le noir avec un casque pour être complètement dans le jeu est totalement jouissif. Si vous êtes amateurs de challenge, de rogue-like et de RPG, Darkest Dungeon est pour vous.

Si vous êtes débutants, prenez garde : Darkest Dungeon est difficile, très difficile, même avec les mécaniques déjà présentes en main. Il vous demandera de l’investissement, du sang froid de part sa grande part d’aléatoire et sa gestion. Mais son univers sombre et gothique est tellement fascinant que, même après un rage-quit violent, on fini par revenir; comme si une part de vous-même se réveillait pour en redemander… Serait-ce la beauté de la folie qui est si fascinante ? A vous d’en juger : affrontez les ténèbres  et ses monstruosités. Affrontez la part sombre de vous-même et vous en sortirez peut-être plus grand ou consumé par votre folie.

– Rasz –

Darkest Dungeon

21.99 €
9

Gameplay

8.0/10

Graphisme

9.5/10

Son

9.0/10

Durée de vie

9.5/10

Les plus

  • Un univers gothique impeccable
  • Rogue-Like très complet
  • Traduit en Français !
  • Une rejouabilité infinie
  • La mécanique du jeu

Les moins

  • Très dur pour les néophites
  • En digital seulement
  • Quelques crashes de jeu (mais les correctifs sont en cours !)
  • Réservé à une niche de joueurs
  • Les touches non-modifiables

Vous aimeriez aussi

5 commentaires sur “[Test] Darkest Dungeon

  1. Version française ! , moi qui est eu peur qu il ne soie pas traduit me voila soulagé lol , vu le nombre de contenu même avec mon anglais niveau modéré sa aurai été galéré merci a développeur j’me l hachette !

Laisser un commentaire