[Test] DISTRAINT: Deluxe Edition, terreur et culpabilité sur PS Vita

Les jeux d’horreur n’ont jamais été aussi bien représentés sur PS Vita et c’est justement à quelques semaines de Halloween que DISTRAINT: Deluxe Edition débarque sur notre console portable adorée. Fruit du travail solo du développeur finlandais Jesse Makkonen et porté par Ratalaika Games, une sombre aventure en 2D à défilement horizontal nous attend, à parcourir de préférence dans la pénombre de notre antre.

Simple clone ou petit chef-d’œuvre ? On prend notre lampe de poche et notre courage à deux mains dans ce test garanti sans spoiler !

DISTRAINT: Deluxe Edition test & avis PS Vita

Price, héros rongé par l’avidité.

Distraint n’est pas qu’un simple titre nous faisant nous déplacer d’un point A vers un point B pour nous infliger quelques sursauts. Le développeur a fait en sorte de nous transporter dans une histoire particulière, un véritable petit conte d’horreur psychologique sur la perte de soi et sur l’avidité et la culpabilité de travailler dans des domaines particuliers.

Distraint va nous confronter au « prix » à payer pour vivre dans le luxe aux dépens des autres. Dans cet environnement 2D pixel-art à déplacement horizontal, nous incarnons Price, un jeune homme dont le travail est de saisir les propriétés des gens.

On rencontre de curieux personnages…

Au fil de l’aventure, notre personnage se pose de nombreuses questions sur sa personne, sur ses actes et sur son travail qui le pousse souvent dans ses retranchements. Price sait qu’il ruine la vie des gens qu’il expulse de chez eux, mais comment peut-il s’arrêter puisque la réussite de sa carrière est sa priorité ?

Au delà de sa volonté professionnelle, il se retrouve souvent à devoir aider ses victimes, un peu comme pour se racheter une bonne conscience. Et c’est à travers ces actes que sa culpabilité lui jouera parfois des tours au gré des personnages qu’il rencontre… Difficile d’en dire plus sans spoiler ! 😉

Une expérience idéale sur PS Vita ?

Distraint se joue comme un jeu d’aventure en vue latérale, où on collecte des objets pour les utiliser afin de résoudre des énigmes. Un petit point d’exclamation apparaît au dessus de Price dès qu’une interaction est possible.

Le jeu utilise beaucoup les ombres et les lumières pour nous plonger un peu plus dans l’ambiance et le rendu pixel-art apporte ce petit plus agréable aux yeux. Les personnages et leurs looks rendent vraiment bien à l’écran, on se surprend à s’attacher assez vite à notre héros et aux autres PNJ.

Et ce n’est pas fini…

Au niveau des touches, rien de bien compliqué. On avance en marchant à droite ou à gauche, on utilise la touche d’action pour les interactions, et une autre touche pour notre mini-inventaire qui sert la plupart du temps à stocker des objets qui vont ensuite servir à nous faire avancer (utiliser une clé dans une porte etc…).

Les énigmes ne sont  pas spécialement compliquées pour ceux qui ont l’habitude de ce style de jeu, mais peuvent demander un peu plus de temps pour les débutants. Je vous recommande d’ailleurs d’éviter d’utiliser les guides pour ne pas gâcher les surprises …

Énigme à résoudre
Une petite énigme à résoudre …

L’ambiance sonore est très importante dans ce genre de jeu, et il faut dire que le développeur a fait un très bon boulot pour retranscrire le suspens et la noirceur des différents passages de jeu. La musique nous tient en haleine, et les divers bruitages nous plongent parfaitement en dehors de notre zone de confort. La bande originale est d’ailleurs disponible gratuitement en téléchargement sur le site du Monsieur. Sympa !

Un trophée platine est de mise, et la liste des fameuses récompenses est identique à celle de la version Steam. Nous sommes donc loin d’un easy platine qui tombe au bout de 15 minutes et c’est une bonne chose. D’ailleurs, il est possible de « manquer » quelques trophées et il n’est pas possible de gérer ses sauvegardes pour revenir en arrière. Bon à savoir pour les chasseurs 😉

Point de sauvegarde
Les points de sauvegardes manuels du jeu

La durée de vie de Distraint reste toutefois assez courte, environ 3 heures suffisent pour venir à terme de l’histoire, ce qui est assez dommage puisque on en redemande ! Mais pour 5,99 Euros, difficile de lui en vouloir. Reste à savoir si le second épisode, disponible aussi sur Steam, arrivera un jour sur PS Vita. Croisons les doigts !

Bonnes nouvelles, Distraint est intégralement en français, cross-buy avec la version PS4, et compatible PSTV ! De plus, cette édition Deluxe apporte son lot d’améliorations par rapport au jeu original 🙂

Ah, bonjour…

Conclusion

Dans le même genre que The Long Reach, Claire ou encore Home, Distraint: Deluxe Edition nous plonge dans un conte sinistre avec une atmosphère pesante et sombre, sans pour autant n’être qu’un vulgaire clone de ce qu’on connait déjà. Un scénario troublant et prenant, une ambiance qui donne envie de continuer l’aventure dans le noir au fond de son lit ou encore une difficulté progressive et accessible au plus grand nombre. Parfait pour entrer doucement dans l’automne et Halloween !

Tous ces éléments font de Distraint une excellente surprise à petit prix (moins de 6 Euros en cross-buy). Un grand bravo à Jesse Makkonen mais aussi à Ratalaika pour ce portage réussi sur PS Vita !

DISTRAINT: Deluxe Edition

5,99 €
8.4

Gameplay

9.0/10

Graphismes

8.0/10

Son

9.0/10

Durée de vie

8.0/10

Histoire

8.0/10

Les plus

  • Ambiance sombre et horrifique
  • Un scénario très prenant
  • Jeu intégralement en français
  • Cross-buy & compatible PSTV

Les moins

  • Un peu court, on en redemande !

Sebgob

Joueur PS Vita depuis le tout premier jour, je viens te partager ici mes expériences et autres infos concernant la console portable de Sony que je ne quitte jamais. J’espère que tu vas en mettre plein le clavier en nous lisant. Retrouve moi également sur Twitter ainsi que sur mon blog perso.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire