[Test] Fast Striker, le shmup à la frappe rapide sur PS Vita

Alors que la portable de Sony est officiellement en train de mourir, certains éditeurs comme EastAsiaSoft n’en finissent plus de sortir des titres sur cette incroyable console portable ! D’ailleurs ça tombe bien, puisque développer des jeux sur plateforme abandonnée est le sport préféré de la NG Dev team, une équipe qui a émergé dans les années 2000 pour avoir créé des titres pour Neogeo et SEGA Dreamcast après leurs abandons par les fabricants japonais. À l’époque, cette activité underground fût abondamment soutenue par la scène arcade et donna ainsi lieu à la sortie de plusieurs shmups, dont Fast Striker en 2010.

Huit ans après cette sortie confidentielle, la NG Dev Team, accompagnée par EastAsiaSoft (qui avait déjà donné dans le jeu de tir avec Söldner-X2 ou encore Dimension Drive sur Switch) se voit donc ressuscitée, avec une sortie à 2200 exemplaires physiques dans le monde, pas plus, pas moins. Mais si vous avez peur de rater cette vente et que vous mourrez d’envie d’esquiver des boulettes roses sur fond de musique trance, rassurez-vous, car il suffit de s’acquitter de 6,99€ pour acquérir la version dématérialisée sur le PlayStation Store…

La frappe rapide

fast striker menu test PS Vita

Fast Striker s’inspire d’une manière assumée des classiques de Cave. Grosse quantité de projectiles, niveaux courts, patterns variés et démoniaques. Néanmoins, quelques minutes de jeu suffisent pour se rendre compte que les similitudes s’arrêtent là. Un seul vaisseau disponible, pas d’armes à équiper, pas de bombes. Quand on appuie sur start, Fast Striker rentre dans l’action immédiatement. Au premier abord, ça fait quand même un peu “cheap” comparé aux références du genre…

 

level 1 fast striker
En respectant le ratio d’image par défaut, le jeu est capable de simuler des scanlines

À peine le crédit engagé qu’il faut donc déjà commencer à arroser. Le premier niveau envoie la sauce sans ménager le joueur. On laisse le bouton croix appuyé : ça marche fort mais ça n’est pas évident non plus car le vaisseau est lourd, et on perd quelques vies (un crédit offre trois vies). Il me faudra une bonne minute pour terminer le niveau sur un boss impressionnant mais peu résistant, avant de passer au stage suivant.

Fast Striker test PS Vita
Les décors en fausse 3D évoquent les graphismes de la saga Alien

Le second niveau est déjà là. L’arrière plan défile, c’est un peu différent, mais on dirait toujours le niveau précédent! Surtout que ce fond en “CG” (de la 3D pré-calculée et rendue en 2D) est constitué d’un motif générique qui tourne en boucle.

Le nombre d’ennemis augmente, les boulettes jaillissent de toutes les directions. La musique de fond digne des plages de Goa me plonge dans une sorte de voyage astral. Mon vaisseau serpente entre les projectiles de couleurs, mais soudain, mon crédit est épuisé. Retour à la réalité : on me demande de saisir un trigramme, et le jeu me redirige sur l’écran d’accueil, arborant fièrement un maneki-neko qui semble être un des emblèmes de la NG Dev Team.

fast striker omake

Le shoot qui méritait mieux

Après ces 2 minutes de jeu, aussi intenses furent-elles, je me dis que les quatre ou cinq cent euros pour jouer à ce jeu au format AES doivent laisser une certaine amertume à ceux qui ont choisi la version Neogeo : Fast Striker est sympa, mais il est loin d’être le STG du siècle.

Néanmoins, comme je suis dans le fauteuil du train et que j’ai encore une bonne heure à tuer avant d’arriver à ma destination, je relance une partie, puis deux puis trois… Je commence alors à me familiariser avec ces patterns punitifs pour essayer de boucler ces 6 p*tains de niveaux. Je constate que laisser la touche de tir enfoncée n’est pas la meilleure idée car je découvre qu’on peut faire du “spread” (tirs larges) à condition de spammer le bouton. Je me rend compte que l’absence de bombe est palliée par un bonus d’invincibilité temporaire : appuyer sur “O” offre une seconde d’immunité. Largement suffisant pour asmater un boss intermédiaire qui couvre l’écran de projectiles…

Enfin, je découvre que le déplacement est primordial pour arriver à progresser dans les niveaux sans se faire submerger. Un tir arrière permet alors de se placer tout en haut de l’écran et d’engager le feu avec des cibles en bas de l’écran.

boss fast striker stage 5

Malgré un premier contact brutal, le concept de ce titre est en réalité plus fin qu’il n’y paraît. Car une fois que l’on commence à reconnaître les patterns et les pièges des niveaux, dont la faible longueur favorise leur mémorisation, le jeu procure une agréable sensation de progression. Surtout que la hitbox du vaisseau est assez petite, et que la gestion du déplacement est couplée au tir principal : moins on tire et plus on se déplace vite.

Cette finesse du gameplay offre un argument parfait pour pardonner à Fast Striker le fait de ne disposer que d’un seul vaisseau.

Coté scoring, les règles dépendent du mode de difficulté sélectionné. Le mode novice se rapproche d’un Sky Force : on tue des ennemis, et des étoiles sont à récupérer. En mode normal un système de score en chaîne fait apparaître des golden nuggets ainsi que des “secrets” prenant la forme d’un maneki neko qui apparaît en surimpression avec un petit son gratifiant le joueur. Enfin les modes de difficulté augmentés donnent une couleur aux ennemis, ainsi qu’au rayon laser du vaisseau.

fast striker secret cat
Au bout de plusieurs parties, j’ai compris que ce chat symbolisait la découverte d’un “secret”.

J’ai trouvé ces idées vraiment intéressantes pour la rejouabilité, malheureusement aucune aide ne viendra expliquer cela au joueur, et pire encore : le leaderboard reste hélas en local sur la console. Impossible donc de rivaliser avec ses amis du PSN autrement que par des partages de captures d’écran! Un comble puisque la version Dreamcast originale disposait, elle, d’un système de code (à défaut d’un accès réseau) qui offrait l’accès à un ranking mondial sur Internet.

Ce manque de leaderboard en dit long sur les adjonctions de ce portage PS4 / PS Vita. En fait, le seul ajout propre à cette version PlayStation 4 + PS Vita concerne la possibilité d’ajouter des scanlines, à la condition de respecter le ratio d’origine. Un ajout bienvenu, mais cela signifie que le jeu occupera une fenêtre rikiki (par défaut de 320 par 200 pixels, la taille original des jeux d’arcade en 15kHz) sur l’écran de la Vita. Il est possible d’étirer la zone pour avoir du plein écran et se séparer des bandes latérales, mais il faudra alors se passer des fameuses scanlines.

Conclusion

“Tir rapide” est une expression qui semble caractériser ce portage de Fast Striker sur PS Vita. Quasiment aucune fonction n’a été ajoutée alors qu’on attendait tous un leaderboard en ligne, ou au moins une page de tutoriel sur les modes de jeu. Sans compter qu’avec ses décors en fausse 3D le titre se veut franchement vieillissant. S’il ne cache pas sa parenté avec les hits de Cave, Fast Striker peine à se frayer un chemin parmi les références du genre, malgré de bonnes idées, et des sensations de jeu qui restent tout à fait plaisantes.

Néanmoins, son excellente bande son (du moins pour qui supporte la techno des années 90-2000) ainsi que le design de ses boss arriveront à la sauver de l’oubli tout en réjouissant les joueurs PS Vita.

Fast Striker

6,99 €
7

Univers

4.5/10

Graphismes

6.0/10

Audio

8.0/10

Gameplay

9.5/10

Durée de vie

7.0/10

Les plus

  • Des niveaux bien conçus
  • Les effets sonores soignés
  • Le gameplay efficace
  • La bande son "cosmique"

Les moins

  • Ses décors répétitifs
  • Portage sans aucun bonus
  • Pas au niveau des titres de Cave

CollecZone

Blogeur trentenaire, mon rêve d'enfance était de devenir testeur de jeux vidéo. Mes domaines de prédilection : l'arcade, les shmups, et les jeux d'aventures. Quand les batteries de ma Vita sont vides, je rédige des billets sur mon blog perso ou sur planetevita.fr !

Vous aimeriez aussi

Un commentaire sur “[Test] Fast Striker, le shmup à la frappe rapide sur PS Vita

  1. Merci Collec pour ton test de cet excellent shmup.

    Du coup j’ai acheté le jeu en demat hier soir, impatient de recevoir la version boîte Vita que j’ai achetée aussi ^^’

    Je ne regrette pas, j’ai grave apprécié d’ y jouer sur PS Cat, la musique, le gameplay, les graphismes, tout est top pour moi aussi, j’ai rejoué aux quatre modes plusieurs fois 😀

    Je vais l’installer sur ma Vita slim bleue pour pouvoir y jouer en nomade !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *